Macérât huileux de pâquerettes

Pourquoi ne pas profiter de ce que la nature nous offre pour nous faire du bien ! Avec l’arrivée du printemps, nous voyons l’éclosion de cette nature qui reprend vie après plusieurs mois de dormance et nous avons sous les yeux des trésors dont nous ne faisons même plus attention.

Les pâquerettes, de leur nom scientifique «Bellis perennis», remplissent nos jardins et nos campagnes. Alors pourquoi ne pas se laisser tenter par la confection d’un macérât huileux qui a des propriétés très intéressantes. 

Pourquoi appelle-t-on ça un macérât huileux et non pas une huile végétale ? Tout simplement parce que les fleurs macèrent dans de l’huile végétale pendant un certain temps pour laisser diffuser toutes ses propriétés. 

Alors, qu’elles ont les bienfaits de la pâquerette ?

Elle va tout d’abord redonner élasticité et fermeté à votre peau. Intéressante donc pour les peaux matures, les vergetures qui apparaissent lors des grossesses par exemple.

Le macérât huileux de pâquerettes est riche en oméga 6, ce qui lui permet de régénérer le film hydrolipidique de la peau. Cette huile est apaisante, tonifiante et permet de maintenir l'élasticité de la peau. Elle rend ainsi la peau plus souple, moins dure et atténuera les cicatrices. 

Que faut-il pour faire ce macérât ? 

De la patience, car il vous faudra cueillir une bonne quantité de fleurs (sans les queues), car vous vous rendrez compte qu'en séchant la quantité diminue nettement. Mais quel plaisir de prendre un bain de soleil et de cueillir en conscience ces fleurs qui ont tant à nous donner !

  • Une fois cueillit, je nettoie légèrement les boutons de fleurs sous l’eau et je les fais sécher pour enlever tout humidité. Les fleurs doivent sécher durant plusieurs jours à l'air libre mais à l'abri du soleil. Il est difficile de donner un temps précis mais compter au moins 8 jours. Vous les verrez changer, se déshydrater au fur et à mesure et c'est vous qui jugerez du moment opportun pour les incorporer dans votre bocal pour la macération. Si vous avez ramassé des boutons fermés, ils prendront plus de temps à sécher par ex. La plante doit être sèche pour ne pas altérer le macérât huileux qui pourrait rancir ou moisir. 
  • Vous prenez ensuite un bocal en verre que vous remplissez au ¾ de pâquerettes et vous rajoutez de l’huile végétale, bio de préférence.

Un choix d'huile végétale s’offre à vous selon vos goûts…huile de tournesol, sésame, ou encore olive…tout est possible.

L’huile d’olive est la reine pour tout macérât huileux. Elle va rester stable pendant 2 ans ou plus, sans ajout d’huiles essentielles pour la conserver. Si vous choisissez une autre huile végétale, prenez en considération sa viscosité, sa pénétration en fonction de ce que vous souhaitez en faire.

  • En guise de couvercle, utilisez un tissu fin, un morceau de sopalin ou du papier sulfurisé pour ne pas fermer hermétiquement le bocal.
  • Placez le bocal dans un sac en papier et à la chaleur d’une fenêtre par ex. Le sac en papier va le protéger de la lumière. Pensez à remuer de temps en temps et vérifier le niveau d’huile car les boutons de fleurs doivent toujours être recouverts. Donc n’hésitez pas à en rajouter dans les premiers jours si besoin.
  • 1 mois plus tard, ou plus, vous pouvez filtrer à l’aide d’un tissu fin.

Pour cette dernière partie, j’utilise une petite presse mécanique avec un tissu fin. Je verse l’huile avec les fleurs dans la presse et je laisse couler dans un saladier. Si vous n’avez pas de presse, vous versez le tout dans un torchon (tissé assez fin) et vous pressez le tout.

  • Versez dans une bouteille. Étiquetez la et conserver la à l’abri de la lumière.

Pour information, un bocal d'une contenance de 500 g environ (de fleurs et d'huile d'olive), m'a donné 350 ml de macérât (voir les photos).

Sachez qu'un kilo de fleurs fraîches donnent 200 g de fleurs séchées (en moyenne).

J'espère que ce petit article vous aura inspiré. Je vous souhaite de belles expérimentations.

Une vidéo vous attend sur ma page facebook sur le macérât huileux de pâquerettes et les peaux mâtures.