L’accident vasculaire cérébral

Conseils

5 clés pour UN CŒUR EN BONNE SANTÉ
1. En priorité : réduire tabac, alcool et sucres rapides.
2. Pratiquer une activité sportive régulière (attention toutefois aux défis, aux records impossibles à réaliser).
En cas d’hypertension, pratiquer des sports ou activités physiques dits « de confort » (marche, vélo, natation) à votre rythme.
3. Avoir une alimentation, équilibrée et variée dans des quantités raisonnables.
4. Déterminer les facteurs de stress afin de pouvoir les gérer au mieux. Avoir recours régulièrement à une technique de relaxation (méditation, sophrologie).
5. Pratiquer une discipline énergétique comme yoga, tai-chi ou qi gong contribue à évacuer le trop-plein d’énergies négatives.

Symptômes

Lorsqu’il est d’origine ischémique, l’AVC est brutal et a pour conséquence une disparition de la parole (aphasie), une altération du champ visuel et, le plus souvent, une paralysie de la moitié du corps (hémiplégie). Après un AVC d’origine hémorragique, les signes apparaissent progressivement : maux de tête, vomissements… Les conséquences sont plus sévères : coma, hémiplégie massive. Si la récupération est rapide (moins de six mois), cela signifie que la gravité de l’AVC est minime et que la récupération peut être complète. Alors que si des séquelles persistent au-delà de ce délai, il s’agit d’une affection vasculaire grave. Plus de 225 000 personnes sont classées en « accident vasculaire cérébral invalidant » de longue durée à ce jour.

Dans le premier cas, le traitement consistera à dissoudre le caillot sanguin, dans le second, il faudra plutôt faire appel à la chirurgie (recherche des malformations vasculaires).
Le profil type du sujet à risque est la personne stressée, qui fume (ou qui boit), qui prend du poids (faute d’une alimentation équilibrée) et qui ne pratique ni sport ni activité physique.

Prévention

La diététique de prévention de l’AVC consiste à éliminer tous les aliments susceptibles de diminuer la fluidité sanguine ou sa bonne circulation, mais aussi à pourvoir le corps en aliments riches en oméga 3.

L’utilisation des plantes (gui, rauwolfia, ginkgo) et des huiles essentielles (Apium graveolens, Ammi visnaga) est aussi capitale pour modifier le terrain de la personne susceptible d’être sujette à cette pathologie.

L’homéopathie, par son rôle actif sur l’aspect psychologique de la personne intervient principalement pour réduire les effets négatifs du stress, de l’anxiété et des angoisses (Aconit, Arsenicum album, Bothrops lanceolatus). En BioSanté, c’est l’utilisation simultanée de toutes ces solutions qui crée une synergie thérapeutique efficace.

La diététique des vaisseaux

À ÉVITER

Sauces épaisses, crème fraîche, chantilly • café sucré, café au lait • friture (chips) et panure (nuggets) • sucres industriels et rapides (sodas, bonbons…) • sel et dérivés iodés • viandes rouges, charcuteries et abats • alcools forts (supérieurs à 40 °) • margarine végétale (huile de palme) et huiles raffinées (arachide) • épices fortes (piment, poivre).

À FAVORISER

Légumes verts, brocolis, choux, épinards (acide folique) • fruits frais (antioxydants) et fruits rouges (cassis) • amandes, noix, noisettes (sélénium) • graines de sésame, de tournesol, de courges • haricots rouges, haricots mungos • poissons gras des mers froides, saumon (bio), sardine, maquereau • chocolat noir (magnésium) • thé noir fermenté • huiles végétales vierges (carthame, olive) • fruits de mer (huîtres) et algues • jaune d’œuf cru (sélénium) • ail, oignon.

Découvrez www.bio-info.com

  • L’accident vasculaire cérébral 0